Vous êtes ici : Accueil Les différents types d’anesthèsie

Les différents types d’anesthèsie



L’anesthésie locale (intervention réalisée au cabinet dentaire en salle de chirurgie)

Elle est pratiquée dans la majorité des cas, la technique étant très peu douloureuse. C’est exactement la même que celle pratiquée pour l’extraction d’une dent ou pour un soin. Cela vous permet de repartir aussitôt du cabinet après l’intervention.


Soins dentaires sous sédation consciente par inhalation de MEOPA (intervention réalisée au cabinet dentaire en salle de chirurgie)

Il s’agit d’un procédé permettant à des patients très angoissés face aux soins dentaires de réduire leur anxiété, de les calmer et de diminuer la douleur. Les patients se montreront alors plus coopérants ce qui facilitera l’intervention du chirurgien-dentiste.


Qu’est ce que le MEOPA ?

• Le MEOPA est un gaz incolore, inodore et sans saveur agissant contre l’appréhension et l’angoisse des séances chez le dentiste. Il est utilisé depuis très longtemps dans le milieu hospitalier notamment pour les enfants.

• Le MEOPA a des vertus anxiolytiques (réduction de l’anxiété), antalgiques (augmentation du seuil de perception de la douleur) et amnésiantes.

• Il n’entraîne pas de vrai sommeil mais un état de conscience modifié, avec le maintien d’un contact verbal : le patient répond aux ordres simples.


Comment est-il utilisé ?

• Sa mise en œuvre se fait directement au fauteuil en respirant au travers d’un masque délivrant le gaz. L’effet a lieu dès les premières minutes. Son inhalation provoque une perte notable de la sensibilité et de la vigilance et plonge le patient dans une somnolence latente tout en étant conscient. • Le masque est gardé sur le nez du patient tout au long de l’intervention. • Une fois l’acte effectué, le masque est retiré et le patient retrouve totalement ses esprits en quelques minutes.


Quelles sont les précautions à prendre avant l’intervention ?

• Avant la sédation, il est recommandé que le dernier repas soit léger et pris au moins 4 heures avant les soins. Un rhume ou divers problèmes ORL (angines, otites) peuvent être des contre-indications à cette sédation. Il est souhaitable de prévenir votre chirurgien-dentiste le cas échéant. • Après la sédation, le mélange gazeux est très vite éliminé. Il est possible néanmoins que le patient ressente des nausées, des troubles de l’attention, ou encore une somnolence. Ces effets indésirables disparaitront en quelques heures.


A retenir

• La sédation va donc permettre aux patients anxieux de se réconcilier avec les soins dentaires ou les aider à franchir une étape difficile comme l’anesthésie. • L’action rapide du MEOPA, sa durée d’action brève après l’arrêt de l’inhalation, sa facilité d’administration et le peu d’effets indésirables en font un agent analgésique de choix. • Ce type de procédure n’est pas pris en charge par la Sécurité Sociale. Un devis sera remis au patient par le chirurgien-dentiste avant l’intervention.

http://www.plusjamaispeurdudentiste.com/





NEUROLEPT-ANALGESIE (anesthésie locale + sédation réalisée obligatoirement à la clinique de Keraudren)

La sédation consiste en une injection de médicament procurant au patient un état de somnolence durant la durée de l’intervention. Elle se fait sous le contrôle d’un médecin-anesthésiste. Ce type d’anesthésie est plus adaptée pour les patients anxieux lors d’interventions plus longues. Elle nécessite que vous restez quelques heures à la clinique. Elle est parfaitement adaptée à l’ambulatoire ; vous pouvez repartir le jour même.


L’anesthésie générale ou AG ( réalisée obligatoirement à la clinique de Keraudren

L’anesthésie générale, ou AG, est un acte médical dont l’objectif principal est la suspension temporaire et réversible de la conscience et de la sensibilité douloureuse, obtenue à l’aide de médicaments administrés par voie intraveineuse et/ou inhalés. À cet objectif essentiel, permettant la réalisation sans douleur et sans mémorisation de l’intervention chirurgicale. Elle convient parfaitement pour certains patients extrêmement stressés qui ne veulent "rien voir ni rien entendre" ou pour les interventions plus lourdes. Elle nécessite une hospitalisation d’une journée (ambulatoire dans la majorité des cas) ou plus.